• Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  Bernard Werber Nous, les Dieux

     
     
    Nous, les Dieux
     
    Quelque part, loin, très loin, se trouve une île que ses habitants appellent Aeden. Là, perchée sur un haut plateau, une ville : Olympie. Dans son coeur, une étrange institution, l'école des Dieux, et ses professeurs : les douze dieux de la mythologie grecque, chargés d'enseigner l'art de gérer les foules d'humains pour leur donner l'envie de survivre, de bâtir des cités, de faire la guerre, d'inventer des religions ou d'élever le niveau de leur conscience. La nouvelle promotion ? Cent quarante-quatre élèves dieux qui vont devoir s'affronter à travers leurs peuples, leurs prophètes, chacun avec son style de divinité. Mais la vie sur Aeden n'est pas le paradis. Un élève essaie de tuer ses congénères, un autre est tombé fou amoureux du plus séduisant des professeurs, Aphrodite, déesse de l'amour, et tous se demandent quelle est cette lumière là-haut sur la montagne qui semble les surveiller... Après Les Thanatonautes et L'Empire des anges, Bernard Werber nous entraîne encore plus loin dans la découverte des spiritualités et des mythologies. à la fin de cette extraordinaire saga où se mêlent aventure, suspense et humour, vous vous poserez, vous aussi, la question : « Et moi, si j'étais Dieu, je ferais quoi ? »
     Source : http://www.albin-michel.fr/ouvrages/nous-les-dieux-9782226154989
     
    Édition brochée
    22.30 €
    6 Octobre 2004
    155mm x 240mm
    416 pages
    EAN13 : 9782226154989
     
     
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • De A comme Année 1992, l'année qui marqua le fulgurant retour du vampire avec la nouvelle adaptation de Dracula par Francis Ford Coppola , jusqu'à Z comme Zalmoxis, Dieu adoré par les Daces, les premiers habitants de la Roumanie, qui empalaient les prêtres sur des javelines avant de les faire ressusciter, en passant par S comme Séduction, car comment se fait-il que l'on soit attiré par des êtres qui vous condamnent pour l'Eternité, ou encore par R, comme Rousseau, de son prénom Jean-Jacques, qui tenait le vampirisme comme une réalité indiscutable, ou encore M, comme Mal, car cette fascination pour le vampire vient aussi de tout ce qui est mal en lui, de tout ce qui est dangereux et qui fait peur... Et bien sûr K comme Katherine Quénot, vampirologue, l'auteur de ce livre.

     

     

    Source : https://www.amazon.fr/dp/275560848X

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  Le cadeau d'Hannah par Housden Maria Hoen
    Marie de Hennezel (Traducteur)
    ISBN : 2266139479
    Éditeur : Pocket (2006)

    Note moyenne : 4.26/5 (sur38 notes)
    Résumé :

    Hannah n'a pas encore 3 ans quand ses parents apprennent qu'elle est atteinte d'un cancer rare et incurable.
    Sa famille choisit de ne rien cacher à la fillette et de vivre pleinement chaque instant qu'il lui reste.

    Consciente que ses jours sont comptés, Hannah garde jusqu'à son dernier souffle un formidable appétit de vivre. Sereine et volontaire, elle sait apprivoiser la douleur et transformer le plus petit événement comme l'achat de chaussures rouges en véritable fête.

    Sa mère, Maria Housden, partage ici le magnifique cadeau que sa fille lui a offert, en embrassant avec la même détermination les souffrances de la maladie et les bonheurs du quotidien.

    Cette leçon de vie en forme d'hommage à son enfant perdue donne un sens aux mots joie, foi et compassion. Porteuse d'espoir et de paix, l'histoire d'hannah est de celle que l'on n'oublie pas.
    Elle donne envie de vivre et d'aimer.

     

    source : http://www.babelio.com/livres/Housden-Le-cadeau-dHannah/29743

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    1885. Disparition de Hugo. Apparition de Germinal. Voici, dans la France moderne et industrielle, les " Misérables " de Zola. Ce roman des mineurs, c'est aussi l'Enfer, dans un monde dantesque, où l'on " voyage au bout de la nuit ". Mais à la fin du prodigieux itinéraire au centre de la terre, du fond du souterrain où il a vécu si longtemps écrasé, l'homme enfin se redresse et surgit dans une révolte pleine d'espoirs. C'est la plus belle et la plus grande œuvre de Zola, le poème de la fraternité dans la misère, et le roman de la condition humaine.

     

    Source : https://www.amazon.fr/dp/2253004227/ref=rdr_ext_tmb

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
Free Fairy Butterfly 2 Cursors at www.totallyfreecursors.com