• Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • TPE : LE RIRE

    Plan :

    1. Le mécanisme du rire
    2. Les bienfaits du rire
    3. La place du rire dans la société
    4. Conclusion

    I. Le mécanisme du rire

    Le chemin du rire dans le corps est très complexe. Son déclenchement dépend des stimulis2 et entraine une cascade de réactions ayant des répercussions sur tout l'organisme. Il débute dans des zones précises du cerveau, et gagne ensuite tout le corps.

    1) De la situation comique au cerveau

    Il existe une multitude de causes au rire, cependant, ce qui déclenche le rire diffère d’un individu à l’autre. Il s’agit d’une réponse biologique qui dépend du vécu et des expériences de chacun ainsi que de l’âge et de la maturité de la personne. Le rire peut également être déclenché par un souvenir provenant de la mémoire, on appelle cela une onde qui secoue le corps. 
    Les composantes psychologiques et physiologiques3 sont indispensables dans la perception du rire. En effet, le rire peut être provoqué par des stimulis tactiles, comme les chatouilles, olfactifs tel que les gaz hilarants ou encore par une blague, provenant d’une source auditive. Le message annonçant la réception d’un stimulis est reçu dans les aires sensorielles du cortex cérébral. La transmission du message nerveux se fait par les neurones qui, connectées par des dendrites4, permettent le passage du message chimique d’un neurone à l’autre.

    Une fois analysée comme comique ou caractéristique du rire, le cortex envoi des messages nerveux au lobe préfrontal -réservé à l'analyse du rire- par le biais des synapses5, au lobe préfrontal, réservé à l’analyse du rire. Cette aire du cerveau réalise un travail d’interprétation de la situation et définit la nature du stimulus. En fonction de sa nature, elle envoie un message nerveux au système limbique, qui traduit à son tour l’intensité du rire et ajuste la réponse en fonction de l’intensité déterminée. Le système limbique est le centre  des émotions, il est aussi considéré comme responsable de la partie inconsciente de notre cerveau.

    Après avoir reçu les ordres du système limbique, le cortex moteur, aire du cortex cérébral responsable des mouvements, envoie un message aux parties du cerveau chargées de transmettre aux différents muscles les influx nerveux provenant des stimulis. Ces messages sont alors réceptionnés par le cervelet, situé au bas du cerveau, qui les dirige vers le tronc cérébral et l’hypothalamus. L’hypothalamus a pour rôle de relier le système nerveux au système endocrinien, responsable de la libération des hormones dans le sang. Ainsi, il régule la croissance et le développement de nombreux tissus et organes, et coordonne  les processus métabolique à l’intérieur du corps. Le centre végétatif du cerveau, constitué entre autre du cervelet et du tronc cérébral, transmet ensuite le message au système nerveux autonome. Lors du processus du rire, le système nerveux libère des catécholamines dans la circulation sanguine. Ces catécholamines sont des composés chimiques secrétés par des neurones pour agir sur d’autres neurones, comme dans les synapses. Elles ont donc le rôle de neurotransmetteur6.  En moyenne, cette sécrétion est composée de 80% d’adrénaline (aussi appelée épinéphrine) et 20% de noradrénaline. L’adrénaline augmente l’activité et l’excitabilité de l’organisme tandis que la noradrénaline augmente l’activité cardiaque.

    L’adrénaline :

    La noradrénaline :

     

    Le cheminement du rire dans le cerveau :

    2) Du cerveau aux muscles

    Après avoir effectué son chemin au sein du cerveau, le rire gagne peu à peu tout l’organisme. En effet, le rire met involontairement en jeu un grand nombre de muscles. Il s’agit d’une véritable onde qui se transmet à travers tout le corps. L’aire motrice du cortex cérébral engendre deux types de réactions en réponse aux ordres reçus provenant du système limbique ; respiratoire et musculaire dont les mouvements sont coordonnés par le cervelet.

    Dans un premier temps, les aires motrices du cortex cérébral communiquent avec le centre de la respiration situé dans le tronc cérébral. Ce dernier ordonne au diaphragme de se redresser, abaissant le contenu abdominal de haut en bas. Le diaphragme se tend, provoquant des contractions courtes etde forts spasmes respiratoires dans toute la cage thoracique. Il est aussi responsable de la séparation des poumons. Les poumons en surpression rejettent à 100km/h d'énormes quantités d'air, il s’agit d’une très bonne purge respiratoire. Aussi, lorsque l’on ne rit pas assez, le dioxyde de carbone contenu dans nos poumons n’est pas évacué, et l’organisme ne reçoit plus assez d’oxygène.

    De plus, les aires motrices du cortex cérébral envoient des signaux vers plusieurs autres muscles. Les muscles du visage, responsables de l’expression du rire, sont les muscles plats. Ce sont les muscles frontaux, petits et grands zygomatiques qui, lorsqu’ils se contractent, entrainent vers le haut les coins de la bouche et les paupières. Les muscles de la mâchoire, considérés comme étant les plus puissants du corps humains, sont relâchés. Les muscles du larynx et les cordes vocales engendrent toutes sortes de vocalisations.

     

    Le rire poursuit ensuite son cours et touche les muscles des épaules qui se contractent en provoquant des petites secousses et des relèvements soudains et partiels des épaules. Tandis que la tête se balance, les mains s’ouvrent et les larmes coulent. En effet, comme les muscles zygomatiques, les muscles et les nerfs du visage se contractent sur les glandes lacrymales. De plus, les muscles des cuisses et des jambes se décontractent : c’est la grande décontraction, la détente, le relâchement. Enfin, les sphincters se relâchent et la vessie est contractée par le mouvement des muscles abdominaux.

    Par leurs actions opposées, les systèmes sympathique et parasympathique contrôlent l'activité de plusieurs organes et fonctions. Leurs cellules nerveuses (neurones) innervent les cellules des muscles lisses (présents dans la paroi de nombreux organes), du muscle cardiaque, des glandes et des cellules du système immunitaire.

    En somme, le rire parait être un phénomène simple, mais il s’agit en réalité d’un processus complexe, qui requiert la quasi-totalité des muscles formant le corps humain.

     

    Lexique :

    1Endorphine : substance peptidique, neuromédiateur du système nerveux central, aux propriétés antalgiques.

    2Stimuli (stimulus) : facteur externe ou interne capable de déclencher une réaction donnée.

    3Physiologique : organique

    4Dendrites : petites expansions du neurone qui transportent l'influx nerveux vers le corps cellulaire à partir de la synapse.

    5Synapses : région spécialisée où un signal nerveux saute d'une cellule nerveuse à une autre. C'est le site de communication entre deux cellules nerveuses.

    6Neurotransmetteur : substance chimique libérée, sous l'influence de l'excitation des nerfs, par leurs terminaisons, et qui permet la transmission de l'influx nerveux.

    Source et suite : http://www.tpesurlerire.fr/?p=1

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Un rigologue utilise le rire de manière thérapeutique. Corinne Cosseron, fondatrice de l'Ecole Internationale du Rire, nous explique les nombreuses techniques existantes pour rire: yoga du rire, sophrologie ludique.... Interview de Coco Certa.

     

    Source : http://www.aufeminin.com/video-psycho/rire-apprendre-a-rire-corinne-cosseron-n58986.html

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • On rit moins de six minutes par jour. Et c’est bien dommage ! Car se bidonner présente bien des avantages. Une bonne dose de rire serait aussi bénéfique pour le cœur que l’exercice physique, comme l’a montré une récente étude menée aux Etats-Unis. Et ce n’est qu’un des multiples bienfaits du rire. Donc vive les jeux entre amis ou les comédies ! On peut aussi se laisser chatouiller l’humeur dans un des nombreux clubs de rire qui fleurissent en France.

    Le corps en redemande

    ça fait travailler tous les muscles

    Lorsqu’on rit, la plupart des muscles de l’organisme sont sollicités. La preuve ? Après avoir beaucoup ri, on a mal aux joues, on sent une légère douleur dans le ventre. « Le rire est un exercice à la fois doux et profond, facile à mettre en œuvre en beaucoup d’occasions, un véritable jogging stationnaire qui convient à tous », précise le Dr Rubinstein*.

    c’est une bouffée d’oxygène

    Exercices physiques et respiratoires sont intimement liés et, quand on rit, c’est comme si l’organisme prenait un grand bol d’air… celui dont nous avons tous besoin. « Pendant le rire, les bronches s’ouvrent plus largement et augmentent ainsi la ventilation pulmonaire », note le Dr Rubinstein. Résultat : le cerveau et tout le corps sont mieux oxygénés. La combustion des déchets toxiques est améliorée. Mais attention, on ne parle pas ici de petit rire pincé, de rire sous cape, mais d’un rire franc, d’un rire aux éclats ou encore d’un fou rire, à pleine gorge et sans retenue.

    ça facilite la digestion

    Il est difficile pour l’appareil digestif de fonctionner au mieux lorsqu’on se sent « coincé ». De l’aérophagie, des ballonnements ou bien des difficultés du transit accompagnent la plupart du temps ces périodes de mal-être. Le rire – encore lui – surtout s’il est franc et sans retenue peut aider à résoudre ce type de problème. Comment ? « D’abord en exerçant un effet mécanique sur le contenu abdominal – la motricité intestinale mieux coordonnée favorise un bon transit – mais aussi en augmentant la sécrétion de la salive et des sucs digestifs », précise le spécialiste. Bonne nouvelle donc, quand « on se dilate la rate », bien d’autres organes en profitent !

    * Spécialiste de l’exploration du système nerveux, auteur dePsychosomatique du rire , éditions Robert Laffont.

     

    Source : http://www.femmeactuelle.fr/bien-etre/bien-dans-ma-tete/rire-c-est-bon-pour-nous-!-00039

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Depuis dix ans, avec l'association "Rions ensemble",  Nathalie Rivière anime des séances de yoga du rire. Direction l'espace Charles Perrault à  Tours pour un cours avec une vingtaine de participants. Suivez toutes les étapes, de l'échauffement à la méditation du rire. Objectif : (re)trouver son rire d'enfant.

    <script src="http://sa.kewego.com/embed/assets/kplayer-standalone.js"></script><script defer="defer">kitd.html5loader("flash_kplayer_3c9472e2067s","http://api.kewego.com/video/getHTML5Thumbnail/?playerKey=3beefcf0f76e&sig=3c9472e2067s");</script>

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Cardiaques, riez de bon coeur ! Il ne s'agit ni d'une blague, ni d'un mauvais jeu de mots. En effet, aujourd'hui la preuve médicale est faite : le rire contribue à la prévention du risque cardiaque.

     

    Plus de rire, moins de stress

    Selon une étude réalisée par des cardiologues du centre médical de l'Université du Maryland à Baltimore*, rire et sens de l'humour aiguisé sont des armes efficaces dans la prévention de la crise cardiaque. A âge égal, ces chercheurs ont soumis un questionnaire à 300 personnes dont la moitié avait souffert d'attaques cardiaques ou subi une intervention cardiovasculaire et dont l'autre était indemne de toute pathologie cardiaque.

    Réponses à l'appui, les cardiaques s'avèrent être des gens trop sérieux et trop stressés :  40% d'entre eux attestent ne pas rire vis-à-vis de situations de la vie courante quand les autres s'en donnent à coeur joie. "Le rire est la meilleure médecine de l'homme, un adage aujourd'hui confirmé par notre étude qui est la première à  démontrer le lien entre le rire et la maladie cardiaque, affirme Michel Miller, directeur du centre. Si nous ne savons pas encore pourquoi le rire protège le coeur, a contrario nous savons qu'un excès de stress et/ou de colère peut endommager les parois des vaisseaux sanguins".

    Le rire devrait donc s'inscrire aujourd'hui dans l'arsenal préventif et thérapeutique de la maladie cardiaque. "Malheureusement, nous ne savons pas encore proposer des exercices pour apprendre à rire de bon coeur et se prendre moins au sérieux dans la vie".

    Vers de nouvelles pistes

    Et déjà, ces premiers résultats viennent d'être confortés par une autre étude allemande. Elle a démontré que les personnes qui se mettent souvent en colère, ont des réactions fréquentes d'hostilité et d'agressivité, et sont majoritairement solitaires, développent plus de maladies cardiaques que les autres.

    En attendant l'avènement de thérapies comportementales et cognitives destinées à nous apprendre à rire et à prendre la vie moins au sérieux, nos cardiologues américains vont prochainement s'orienter vers de nouvelles pistes de recherche. "Nous allons étudier si le fait de rire produit certaines substances dans l'organisme qui pourraient agir en médicaments protecteurs pour le coeur". Aujourd'hui, certains dentistes et pédiatres utilisent déjà un gaz hilarant, le protoxyde d'azote, lors de petites interventions pour lutter contre la douleur. Ces chercheurs vont donc étudier de près l'efficacité de ces composés azotés, susceptibles de protéger à l'avenir des maladies cardiovasculaires.

    Sans plus attendre, il est temps de solliciter vos zygomatiques en visionnant un film des Monty Python, des Marx Brothers et autres comiques si bon pour votre santé.

    Ghislaine Trabacchi

    * Int J Cardiol. 2001 Aug;80(1):87-8

    http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2000/mag1124/sa_3027_rire_coeur.htm

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire

  • Caméra cachée sur la plage par MicAymeric

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Ecran maximum

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  • Ecran maximum

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
Free Fairy Butterfly 2 Cursors at www.totallyfreecursors.com